Aux prémices de notre rencontre ;

Nous nous sommes retrouvés dans le silence. Nous nous observions comme deux êtres sans attentes, juste curieux de se connaître. Puis, ce fut par ton accord, Caroline, que je pus pour un temps te soutenir, t’accompagner et partager ton lieu de vie. De cette relation amicale, je retiendrai surtout que nos corps souffrants communiquaient par eux-mêmes, tant le vide qui nous séparait devenait un courant de volonté commune.

Par la suite, tu m’as invité à communiquer avec le cœur ;

Dans cette échange, nous avons mis des mots sur nos perceptions, Caroline soutenu par une main facilitante et moi soutenu par une main interrogative. Volontairement, nous avons donné corps à une entité philosophique, d’où convergeaient notre raison et notre foi. Spontanément, nous avons partagé ces instants, au croisement de nos chemins de vie. L’un et l’autre, nous avons appris, par la force des maux, à mieux nous connaître, et comme pour soi-même, nous avons appris, par la force de l’esprit à mieux renaître dans nos corps respectifs. Nous le savons intimement, que tous les jours, c’est une prouesse, entre lutte et lâcher-prise, car se surpasser en terme de volonté est notre réalité première, parsemée de souffrance et de joie.    

En conclusion,

Nous passâmes plusieurs échanges, sans commencement ni fin, dans une attitude des plus sacrée, pour nous quitter dans un autre temps, avec une dimension spirituelle plus étendue. Notre échange se mua lorsque le langage du corps repris ses droits.

A notre prochaine rencontre !